Xavier de Ligonnès : l'enquête astrologique


Devant un tel crime, l’assassinat méthodique de sa femme et de ses quatre enfants, on ne peut que s’interroger sur la personnalité de Xavier de Ligonnès. Il est dès lors tentant pour l’astrologue de rechercher dans le thème natal les facteurs astrologiques susceptibles d’expliquer comment un homme peut en arriver là.

L’attention est attirée d’emblée par l’Ascendant en Poissons (décan de Mars), et le premier mot qui vient à l’esprit est « fuite ». En effet, le dernier signe du zodiaque symbolise l’espace intermédiaire entre le surnaturel, l’inconnaissable, et la réalité terrestre à laquelle est soumis tout un chacun. On sait que l’Ascendant Poissons favorise la fuite hors de la réalité par tout moyen, y compris l’illusion sur soi-même, parfois le mensonge ou le vol. On peut de même être tenté de recréer en soi un monde idéal et sans limites, et d’y adhérer tout en entretenant avec la réalité un rapport plus ou moins distendu en fonction des capacités psychiques. Dans le cas qui nous occupe, il semble que le sujet ait cherché à concrétiser le « rêve américain » en transposant aux Etats-Unis la vie professionnelle et familiale qu’il avait en France. Sa biographie indique que c’est après l’échec de son implantation outre-Atlantique que sa dérive s’est amplifiée : il s’est installé dans le mensonge à propos de ses activités professionnelles et s’est mis à emprunter des sommes d’argent de plus en plus importantes auprès de ses proches.

Le maître d’Ascendant, Neptune, est situé en Scorpion et en 8e maison, d’où une affinité avec le monde d’en bas, celui des pulsions enfouies dans les profondeurs de l’inconscient, d’où une forte sexualité, le goût du pouvoir et de l’argent, une tendance à détruire ou à se détruire, ainsi que le culte du secret. Cette tendance se trouve d’autant plus marquée qu’il y a redondance entre les significations du Scorpion et de la 8e maison. On peut en déduire une capacité à se laisser glisser dans le monde de l’interdit, de la destruction du réel ou de ce qui vient le rappeler (Neptune au semi-carré du Milieu du Ciel), de même que le souci de maintenir cette dérive secrète.

Neptune se trouve en aspect de Vénus, en Poissons et en 12e maison, ce qui montre souvent la fuite dans l’amour fusionnel et l’échec qui s’ensuit (Vénus semi-carré à Saturne). Il est également en aspect de Mars en Cancer et en 4e maison, de surcroît au carré de la Lune. Mars, maître de la 8e maison par le Scorpion, montre que la force d’action est comme enfermée (Mars en chute en Cancer) et qu’elle peut s’exprimer de façon agressive vis-à-vis de la famille (maison 4) et de la femme (carré à la Lune en maison 7). Nous remarquons également que Vénus et Mars se trouvent en trigone exact, or on sait que notre personnage est aussi un séducteur (il a entretenu une liaison avec une maîtresse à laquelle il a emprunté une forte somme d’argent).

La présence de l’Ascendant en Poissons, de Neptune en Scorpion et de Mars en Cancer, soit dans les trois signes d’eau, indique une personnalité marquée par le rêve, le fantasme, l’illusion. Il existe ici une forme d’immaturité, une tendance à l’affabulation pour masquer ses difficultés à se construire dans le réel, et surtout une fragilité psychique liée aux Poissons.

L’autre grande composante du thème contraste fortement avec la première : quatre astres occupent le signe du Capricorne, à savoir Jupiter et Saturne encadrant le Soleil, plus Mercure exactement conjoint à Saturne. Nous nous trouvons de fait dans un contexte entièrement différent du précédent, celui de la structure, de la responsabilité, de la réalité tangible et de la Loi. Ces valeurs se trouvent encore accentuées du fait que Saturne se trouve en son domicile et que par conséquent il régit l’amas. Plus encore, la conjonction de Mercure à Saturne implique une logique rigoureuse, un rapport distant avec l’entourage (certains de ses proches le décrivent comme froid et cassant). Et pour parfaire l’ensemble, ces quatre astres sont en aspect de sextile à l’Ascendant.
Comment ces valeurs, même juxtaposées au premier ensemble « eau », ont-elles empêché notre sujet de construire sa vie autrement que sur des mensonges et des illusions ? C’est que l’ensemble de ces configurations en Capricorne comporte des failles.

Le milieu du Ciel en Sagittaire, significateur de la carrière, est régi par Jupiter. Or celui-ci est en Capricorne, signe de sa chute, et de surcroît conjoint à Saturne. Si dans la mythologie Jupiter, fils de Saturne, parvint à détrôner son père et devint à son tour le père des dieux et des hommes, il n’en va de même ici car Jupiter se trouve directement soumis à l’autorité de Saturne de par sa conjonction à ce dernier et sa chute en Capricorne dont Saturne est le maître. On sait par les médias que Xavier de Ligonnès vouait une forte admiration à son père, ce qui laisse supposer qu’il n’a jamais réussi à s’affranchir de son autorité. Il a donc cherché à faire semblant, à se créer une image rassurante de père de famille et de chef d’entreprise sans que celle-ci ne recouvre de réalité tangible. On note du reste que l’amas planétaire en Capricorne se situe en 11e maison, celle des projets et non de la réalisation sociale. Or les témoignages font état de nombreux projets professionnels inaboutis, notamment dans le secteur commercial.

On découvre ensuite que Xavier de Ligonnès, conformément à la symbolique du Capricorne, est en réalité un homme seul. Malgré son masque de sociabilité, il s’est enfermé dans une logique d’échec tant au niveau de sa carrière professionnelle que de son « rêve américain ». Toutefois, ces considérations ne peuvent expliquer à elles seules comment il a pu décider en toute lucidité de supprimer sa famille et d’organiser sa fuite, comment on passe d’une faiblesse de structure associé à un complexe d’échec à l’anéantissement des siens.

La clé nous est donnée par la Lune noire, Lilith dont la mythologie rapporte qu’elle « est née pour faire le mal aux petits enfants ». Désignée comme démone, Lilith était réputée pénétrer dans les foyers pour tuer les nouveau-nés. Première épouse d’Adam, elle s’enfuit du Paradis terrestre pour s’unir ensuite à Satan. Certaines légendes affirment même qu’elle accepta de tuer sa progéniture démoniaque pour se racheter. En astropsychologie, la Lune noire symbolise la faille qui peut faire plonger l’être dans le néant, elle désigne la transgression ultime, la souffrance indicible autant que la quête d’absolu.

Dans le thème de Xavier de Ligonnès, Lilith se trouve en Cancer (la famille) et dans la 5e maison (les enfants), et c’est bien dans ce domaine qu’il est passé à l’acte, avec l’aide Mars en Cancer et en maison 4. Par ailleurs, Lilith envoie des oppositions à tous les astres situés en Capricorne : l’opposition au Soleil traduit la quête d’un absolu inaccessible et le déni de soi, celle à Jupiter l’impossibilité de réussir socialement, celle à Saturne le refus de la Loi. En d’autres termes, elle représente la faille dans la structure et conduit à son écroulement.

La synthèse de cette analyse conduit à penser que l’on a affaire à une personnalité clivée, pour reprendre le langage psychanalytique. Ce clivage met en évidence deux facettes, celle fragile et fuyante correspondant à l’Ascendant Poissons et à Neptune en Scorpion, et celle froide et déterminée à l’amas en Capricorne. Toutefois, c’est Lilith qui fait le lien et signe l’acte criminel.

Selon les autorités, les faits se sont produits entre le 3 et le 6 avril 2011. Les transits du 3 avril montrent une conjonction exacte de Mars, de Lilith et d’Uranus sur le 2ème degré du Bélier, ainsi que des oppositions du Soleil, de la Lune et de Jupiter en Bélier à Saturne en Balance, lesquelles actualisent la conjonction Soleil-Jupiter-Saturne de naissance.

Une dernière question : où le fugitif a-t-il pu se réfugier ? Dans le thème natal, la maison 9 en Sagittaire (l’étranger) est régie par Jupiter en Capricorne en maison 11. En révolution solaire (dressée pour Nantes), le Soleil et Mars sont en maison 9 en Capricorne, laquelle vient se superposer à la maison 11 natale, et la maison 11 reçoit entre autre Jupiter et Uranus. On pourrait en déduire que Xavier de Ligonnès se trouve chez un ami en Angleterre…

Signes du zodiaque et constellations


precession1Depuis 2 000 ans, les signes du zodiaque se sont déplacés par rapport aux constellations. Selon les détracteurs de l’astrologie, ils ne correspondent donc plus à la réalité astronomique d’aujourd’hui : un « Taureau » ne serait donc plus un « Taureau », mais un « Bélier ».

Le zodiaque tropique est la partie de ciel dans laquelle s’inscrivent les trajectoires du soleil, de la lune et des autres planètes du système solaire (vu depuis la Terre). Il commence au point vernal, c’est-à-dire à l’intersection de l’écliptique (trajectoire apparente du soleil) et de l’équateur célestee, et se divise en 12 secteurs égaux de 30° appelés « signes zodiacaux ».

Or, le zodiaque tropique se déplace très lentement (dans le sens des aiguilles d’une montre) par rapport aux constellations d’étoiles de mêmes noms constituant le zodiaque sidéral. Ce déplacement s’effectuant au rythme de 1° tous les 72 ans, il existe effectivement un décalage croissant entre zodiaque tropique et zodiaque sidéral, qui est actuellement de 23°.

Ce phénomène a été découvert  par l’astronome et mathématicien grec Hipparque de Nicée vers 130 avant J.-C., soit il y a plus de 2000 ans. Il a été appelé mouvement précessionnel, car les constellations paraissent reculer par rapport aux signes du zodiaque tropique. Cela est dû à l’inclinaison de l’axe de la Terre, qui effectue une rotation très lente sur lui-même (voir schéma ci-contre). Vu depuis l’espace, la Terre semble donc affectée d’un mouvement de toupie.

Historiquement, la découverte du mouvement précessionnel, ou « précession des équinoxes », précède de trois siècles la rédaction du premier traité complet d’astrologie, le Tetrabiblos de l’astronome et astrologue égyptien Ptolémée d’Alexandrie. C’est donc sur la confusion des 12 signes du zodiaque avec les constellations d’étoiles de même noms que se fonde cet argument évidemment faux, puisque l’astrologie étudie le mouvement des astres dans le zodiaque tropique et non dans les constellations. Qu’il soit né aujourd’hui ou sous Jules César, un « Taureau » reste donc un « Taureau » !