Astroportraits d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen


Parvenus à la veille du second tour des élections présidentielles, nous assistons au déroulement d’un scénario inédit et, à vrai dire, aussi déroutant que profondément inquiétant. Cela tient d’une part à l’élimination au premier tour des candidats issus de partis de gouvernement, une configuration qui ne s’était jamais produite depuis la proclamation de la Ve République il y a presque 60 ans, et d’autre part au contexte mondial qui ne cesse de se tendre depuis 5 ans avec l’embrasement du Moyen-Orient, l’intensification du terrorisme et l’avènement ou le maintien au pouvoir de dirigeants autoritaires (Europe de l’Est, Turquie, États-Unis, Russie). Astrologiquement, il s’agit des conséquences directes du carré qui s’était formé entre Uranus et Pluton de 2012 à 2015 et qui correspondent globalement à l’extension et à l’accélération (Uranus) des processus de transformation (Pluton) en œuvre dans la société désormais mondialisée. C’est dans ce contexte particulier qu’on peut chercher à mieux connaître les personnalités des deux candidats restés en lice.

Emmanuel Macron

En Marche !

Rien d’étonnant à ce qu’Emmanuel Macron ait appelé son mouvement « En Marche ! » : avec le Soleil sur le dernier degré du Sagittaire, il incarne la dynamique ambitieuse et conquérante de ce signe, traditionnellement associé au désir d’expansion, d’aventure et d’honneurs. Quand on sait qu’il est régi par la planète Jupiter, on ne s’étonnera pas davantage qu’Emmanuel Macron souhaite que la France se dote d’un chef de l’Etat « jupitérien »[1]. Mais l’est-il vraiment ? L’opposition de Jupiter au Soleil montre que tel n’est pas tout à fait le cas : cet aspect montre plutôt une tendance à surestimer ses capacités ou à faire dans la démesure, d’autant qu’Emmanuel Macron n’est pas encore parvenu à la maturité, l’âge jupitérien par excellence qui selon la Tradition commence à 42 ans.

On remarquera par contre le rôle dominant de Mercure, situé sur le même degré que le Soleil : celui-ci symbolise la jeunesse, l’enthousiasme, la profusion des idées… et une extraordinaire capacité à s’adapter aux opinions autant qu’aux circonstances. Pierre Joxe ne s’y est du reste pas trompé en disant[2] qu’Emmanuel Macron « serait plutôt un président hermétique » (Hermès est l’équivalent grec de Mercure). La présence du Soleil et de Mercure, mais aussi de Vénus et de Neptune en XIe maison montre sa capacité à rassembler autour de lui quantité de soutiens, tant en France qu’à l’étranger (influence du Sagittaire), grâce à un réel charisme (Vénus et Neptune) et des qualités de communicant (Mercure).

Un « jeune vieux »

On a dit d’Emmanuel Macron qu’il était un « jeune vieux ». Sans doute faut-il voir là l’influence conjuguée de Mercure et de Saturne, l’astre de la vieillesse qui régit l’Ascendant placé en fin du Capricorne. C’est aux vertus de ce signe qu’Emmanuel Macron doit ses remarquables dons intellectuels, sa capacité de concentration et d’abstraction (trigone de Saturne à Mercure), comme en témoignent ses études de philosophie, l’influence structurante de femmes plus âgées (sa grand-mère, son épouse), de même que sa forte ambition et son goût du pouvoir (trigone de Saturne au Soleil). Quant au Verseau qui influence également la personnalité, il illustre sa volonté de s’affranchir du père – en l’occurrence François Hollande – et de bousculer l’ordre établi (semi-carré Soleil-Uranus), comme il l’a montré en quittant le gouvernement et en lançant son propre mouvement au-delà de l’équilibre droite-gauche qui prévalait jusque-là.

Projet et exercice du pouvoir

Ce qui frappe d’emblée dans la carte du ciel d’Emmanuel Macron, c’est que le Soleil en Sagittaire et les 3 astres qui l’accompagnent se trouvent en XIe maison, dont a vu qu’elle correspondait aux soutiens, mais qui symbolise également les projets – étymologiquement ce qu’on jette devant soi dans l’attente d’une réalisation. « Parce que c’est notre projet ! » a lancé Emmanuel Macron galvanisé en clôturant son discours du 10 décembre 2016. On remarque toutefois que la première planète à occuper la maison XI est Neptune, l’astre qui rend les réalisations très hypothétiques et qui souvent est associé aux désillusions (comme François Fillon en a fait l’amère expérience au 1er tour).

Qu’indique donc le Milieu du Ciel, point culminant du thème astral correspondant à l’exercice réel du pouvoir ? Celui-ci est situé en Scorpion, ce qui laisse présager que cet exercice ne se fera sans beaucoup de difficultés et de remises en question, comme le confirme le carré de Saturne. Ces difficultés risquent en effet de trouver leur origine d’abord sur le plan social : la Lune, symbole du peuple, ne reçoit que des aspects violents, notamment le carré de Mars associé aux conflits et l’opposition d’Uranus associée à la révolte, sans parler des sesqui-carrés au Soleil et à Mercure qui évoquent une divergence grandissante d’avec le peuple ; sur le plan international ensuite, où les aspects violents d’Uranus en IXe maison font planer la menace d’une brusque intensification des tensions. Enfin, le semi-carré entre Saturne, maître de l’Ascendant Capricorne, et Pluton, maître du Milieu du Ciel, montre un fort risque de déstabilisation du pouvoir à l’occasion d’une crise grave et généralisée.

La question essentielle est donc de savoir si Emmanuel Macron, malgré son jeune âge et sa faible expérience politique, est capable de résister à de telles épreuves et de maintenir le cap de la nation dans la tourmente. Même s’il est probable que le projet qu’il porte sera profondément remis en question du fait des circonstances, il dispose d’une intelligence, d’une souplesse et d’une réactivité qui devraient lui permettre de négocier les écueils les plus redoutables. Il est par ailleurs capable d’apprendre rapidement la leçon des événements et d’acquérir une maturité qui lui fait encore défaut car, comme le montrent le trigone de Saturne au Soleil et peut-être plus encore le sextile de Jupiter à Saturne, il dispose d’une colonne vertébrale solide, d’un axe intérieur que la rigueur des événements ne devrait que renforcer.

Emmanuel Macron, 21 décembre 1977, 10 h 40, Amiens


Marine Le Pen

Force et ambition

Avec le Soleil en Lion dans le secteur du pouvoir (maison X), le thème de Marine Le Pen dégage une grande force, une ambition pleinement assumée doublée d’une volonté de régner sans partage, comme elle en donne la preuve au sein de son propre parti, non sans avoir au préalable « tué le père » (semi-carré du Soleil à Uranus, comme chez Emmanuel Macron). L’Ascendant dans la Balance montre un réel sens politique, voire un sens de l’Etat, à l’instar de de Gaulle, Giscard d’Estaing ou Mitterrand. La présence de Vénus en Lion symbolise le désir de séduire et de se mettre en scène, tout en cherchant à imposer une image de droiture et de rigueur (trigone de Vénus à Saturne en Bélier). Enfin, la conjonction de Mercure au Soleil confirme d’indéniables talents de tribun.

On note cependant que tous ces astres se trouvent en signes masculins (Lion, Balance, Bélier) et mettent de fait en évidence la polarité masculine de son tempérament. Quant à la polarité féminine, celle-ci est surtout symbolisée par la Lune en Capricorne, qui montre une affectivité étroitement contrôlée  ne permettant que rarement l’expression des émotions. C’est toutefois cette même configuration (Lune en IIIe maison) qui lui vaut d’adresser au peuple un discours ferme et rassurant (trigones de Saturne et de Jupiter à la Lune).

Ombre et violence

Si cette première approche indique d’indéniables affinités avec la fonction suprême, elle se trouve fortement contredite par la présence de deux autres astres dont l’influence est déterminante en raison de leurs positions respectives à proximité d’un angle du ciel. Il s’agit de Mars et de Saturne, planètes traditionnellement « maléfiques » lorsqu’elles œuvrent ensemble et qui révèlent ici la part d’ombre du thème de Marine Le Pen. En effet, le caractère maléfique des deux astres se trouve considérablement renforcé car l’un et l’autre se situent dans des signes qui pervertissent leur influence : Mars en Cancer signe la violence au sein de la famille ou de la nation, tandis que Saturne en Bélier impose la loi des chars plutôt que celle de la justice, comme ce fut le cas lors de ses derniers passages dans ce signe : en 1939 lors du déclenchement de la Seconde guerre mondiale, en 1968 lors du Printemps de Prague, en 1998-1999 lors de la guerre au Kosovo. Plus grave encore, ces deux astres entretiennent le pire des rapports (aspect de carré) et se combattent donc en rivalisant de brutalité et de violence.

La présence de Mars sur le dernier degré du Cancer, signe du peuple et de la patrie, illustre bien les thèmes de la « préférence nationale », de la sécurité des citoyens ou de l’indépendance de la France vis-à-vis de l’Union européenne (sextile de Mars à Uranus). Mais en raison du carré de Saturne, il évoque tout autant un climat d’insurrection populaire marqué par la violence et la répression. A dire vrai, en dépit de ses aspects séduisants révélés plus haut, le thème de Marine Le Pen porte en lui le ferment de la guerre intérieure. Hormis des accès de colère révélés ça et là par les caméras, la candidate affiche généralement une grande maîtrise de soi ponctuée de sourires convenus (Ascendant Balance), mais il suffirait que les circonstances soient réunies – l’exercice du pouvoir dans des circonstances de crise grave – pour que la formidable violence de cette configuration éclate au grand jour.

Marine Le Pen, 5 août 1968, 11 h 20, Neuilly-sur-Seine


[1] Challenges, 16 octobre 2016

[2] France Inter, 26 octobre 2016

Astroportraits d’Alain Juppé et François Fillon


A la veille du second tour des primaires de la droite et du centre, que révèlent les astres des deux candidats restés en lice ? Sans préjuger du résultat et encore moins prendre parti, il n’est pas inutile de chercher à saisir leur personnalité en étudiant leur thème astral.

Alain Juppé

juppe-1Comme de nombreux acteurs politiques du moment (Aubry, Fabius, Hollande, Le Pen, Valls), Alain Juppé est né sous le signe du Lion. Ce seul facteur évoque l’extraordinaire importance attachée au fait d’être reconnu, aimé, admiré par le peuple, tout comme la Lune reflète la lumière du Soleil. Il existe chez lui une dimension narcissique centrale qui d’emblée s’est jouée dans le domaine intellectuel : donner à voir la qualité de sa pensée, de son discours, de ses connaissances, c’est faire la preuve de l’excellence de son être, comme en atteste son parcours d’étudiant.

Il existe cependant chez lui une forte sensibilité émotionnelle et même sentimentale, comme le montre, d’une part, Vénus placée juste avant l’Ascendant dans le signe du Cancer (le sens du beau) et, d’autre part, la Lune en Scorpion en Ve Maison (le sens de la tragédie). Et pourtant, Alain Juppé est connu pour sa froideur, son allure sévère et hautaine qui lui a donné une apparence prématurément âgée. Cela s’explique aisément par la présence de Saturne, l’astre de la vieillesse, situé quant à lui juste après l’Ascendant Cancer. L’image est celle d’un homme sensible, parfois nostalgique et solitaire, qui s’est construit très tôt une armure afin de ne pas être blessé dans sa fierté.

Mais qu’en est-il de son aptitude à assumer la charge suprême de la Nation ? Quand on scrute le lieu qui symbolise le pouvoir dans un thème astral, on ne trouve… rien, ou presque. Le Zénith, encore appelé Milieu du Ciel, se trouve en Poissons, signe des événements sur lesquels on n’a pas de prise, comme les phénomènes naturels ou les événements mondiaux. Le seul lien du Zénith à un astre est le trigone de Saturne, ce qui évoque l’image d’un vieux capitaine (Saturne) qui tente de diriger son navire contre vents et marées. Ici, les vents et les marées sont symbolisés par Neptune et Jupiter, les deux astres qui ont autorité sur les Poissons et qui, dans le thème de Juppé, s’opposent au Zénith. On peut même ajouter que Neptune est au demi-carré du Soleil – le pouvoir échappe à la volonté – et Jupiter est en Vierge au demi-carré de la Lune – l’exercice du pouvoir est limité et ne rencontre pas l’adhésion populaire. En fait, les deux seuls astres situés au-dessus de l’horizon sont Mars et Uranus en Gémeaux en maison XII, symboles des forces de la jeunesse révoltée qui se retournent contre lui. Or, la rigidité de Saturne et l’aveuglement créé par la le Soleil en Lion ne donnent pas les meilleurs moyens pour y répondre. Mais cela n’avait-il pas déjà été le cas en 1995 ?

Ce qui pose problème dans ce thème est, d’une part, l’absence de structure projetée sur le monde extérieur – elle semble ici centrée sur soi – et, d’autre part, le manque de soutien reçu par l’égo : le seul astre relié au Soleil est Neptune, souvent signe d’illusion, de trahison, parfois même de naufrage. Pour ces raisons, il semble que si Alain Juppé devait parvenir au pouvoir en 2017, ce ne serait pas pour très longtemps.

juppe-2Alain Juppé – 15 août 1945, 4 h 00, Mont-de-Marsan

François Fillon

fillonTout autre apparaît le thème astral de François Fillon. Celui-ci est fortement influencé par le signe des Poissons : outre le Soleil, on y trouve la Lune, Mercure et Vénus, qui montrent une personnalité difficile à cerner quand on cherche à mieux la connaître tant elle semble nous échapper. Il existe ici une extrême réceptivité aux courants, aux tendances, aux influx subtils qui invisiblement font et défont la trame des événements. Sans qu’il en soit nécessairement conscient, François Fillon est doué d’un sixième sens qui semble l’avoir convaincu qu’il a un rôle à jouer qui dépasse sa personne. Chose rare chez un politique, le Soleil, de même que Vénus qui régit son Ascendant Balance, influencent la VIe Maison. Or cette Maison est traditionnellement associée à la notion de service, d’œuvre que l’on accomplit au bénéfice d’autrui, que ce soit pour un patron, une entreprise, une clientèle ou une collectivité. Le sens de cette configuration complexe semble indiquer que Fillon se sent appelé à accomplir une mission (Poissons) vécue comme un service nécessaire (Maison VI) à la Nation, comme s’il obéissait à une volonté supérieure et non aux exigences du moi. C’est du reste l’influence des Poissons, plus que son éducation, qui détermine sa foi catholique (ce signe symbolise le christianisme). Pour autant, on se gardera d’évoquer ici une forme de mysticisme, mais plutôt un puissant ancrage dans ses convictions profondes.

L’impression générale donnée par ce thème est celle d’une structure à la fois solide (trigones de Saturne au Soleil et à la Lune, trigones d’Uranus au Soleil et à Vénus) et mouvante (tous ces astres sont en signes d’eau). Certes, il existe ici un conservatisme (influence de Saturne) associé à un libéralisme (influence d’Uranus), mais chez lui ces tendances, loin de se contrarier, se rejoignent et semblent se confondre en une synthèse naturelle (trigones au Soleil). C’est ce qui explique qu’il ait pu se rebeller pendant sa jeunesse puis mener une vie familiale orthodoxe. Pour le dire autrement, il est certainement le candidat le plus conforme à l’ordre traditionnel (Saturne), mais il n’en est pas moins le plus indépendant, voire le plus imprévisible (Uranus).

L’Ascendant en Balance confère indéniablement un sens politique (le graphisme du signe évoque l’hémicycle des assemblées), comme c’est le cas chez Charles de Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, François Bayrou ou Marine le Pen. Si cet Ascendant lui donne un équilibre intérieur en toutes circonstances, aidé en cela par Neptune qui lui permet de pas être pas affecté par les événements extérieurs, François Fillon connaît probablement des accès de colère plus ou moins contenus (carrés de Mars et de Jupiter au Soleil et à la Lune) quand on cherche à l’écarter de son chemin.

Sa quête du pouvoir est indissociable d’une volonté de se mettre au service d’une cause qui transcende ses propres intérêts (la Lune, maîtresse de son destin, est conjointe au Soleil en Poissons en Maison VI). Il en a donné la preuve lorsqu’il était Premier ministre. On peut même supposer que cette volonté est née le 6 mai 2007, lorsque N. Sarkozy a été élu à la présidence de la République : Uranus était arrivé sur son Soleil de naissance et au trigone de son Milieu du Ciel. Cette planète, qui domine le thème par sa culmination au Zénith et préside de ce fait à sa destinée, joue en effet le rôle de déclencheur. Il crée la surprise soudaine, l’événement imprévu qui vient déjouer les pronostics, et c’est précisément ce qui s’est joué le 20 novembre dernier. Ce jour-là, Neptune, le maître des Poissons, passait sur sa Lune de naissance et créait cette « vague, cette dynamique puissante » qu’il a évoquée le soir même. Le 7 mai 2017, il passera exactement sur son Soleil de naissance, une configuration qui ne peut se produire qu’une fois au cours de la vie. Si l’on a de bonnes raisons de supposer que la vague qui l’entraîne actuellement continuera de le porter le 27 novembre, rien n’est pour autant joué pour les élections présidentielles car Neptune peut aussi symboliser l’illusion, le rêve brisé, la vague qui retombe avant d’avoir atteint son but.

Remarquons pour finir que dans son thème natal le Zénith vient se placer exactement sur l’étoile Canopus, une étoile très brillante qui tire son nom de Kanobos, le pilote du navire Argo qui partit à conquête de la Toison d’or. La Tradition nous dit qu’elle « donne piété, conservatisme » et qu’elle accorde de « hautes dignités ».

fillon-2François Fillon – 4 mars 1954, 21 h 15, le Mans

Xavier de Ligonnès : l'enquête astrologique


Devant un tel crime, l’assassinat méthodique de sa femme et de ses quatre enfants, on ne peut que s’interroger sur la personnalité de Xavier de Ligonnès. Il est dès lors tentant pour l’astrologue de rechercher dans le thème natal les facteurs astrologiques susceptibles d’expliquer comment un homme peut en arriver là.

L’attention est attirée d’emblée par l’Ascendant en Poissons (décan de Mars), et le premier mot qui vient à l’esprit est « fuite ». En effet, le dernier signe du zodiaque symbolise l’espace intermédiaire entre le surnaturel, l’inconnaissable, et la réalité terrestre à laquelle est soumis tout un chacun. On sait que l’Ascendant Poissons favorise la fuite hors de la réalité par tout moyen, y compris l’illusion sur soi-même, parfois le mensonge ou le vol. On peut de même être tenté de recréer en soi un monde idéal et sans limites, et d’y adhérer tout en entretenant avec la réalité un rapport plus ou moins distendu en fonction des capacités psychiques. Dans le cas qui nous occupe, il semble que le sujet ait cherché à concrétiser le « rêve américain » en transposant aux Etats-Unis la vie professionnelle et familiale qu’il avait en France. Sa biographie indique que c’est après l’échec de son implantation outre-Atlantique que sa dérive s’est amplifiée : il s’est installé dans le mensonge à propos de ses activités professionnelles et s’est mis à emprunter des sommes d’argent de plus en plus importantes auprès de ses proches.

Le maître d’Ascendant, Neptune, est situé en Scorpion et en 8e maison, d’où une affinité avec le monde d’en bas, celui des pulsions enfouies dans les profondeurs de l’inconscient, d’où une forte sexualité, le goût du pouvoir et de l’argent, une tendance à détruire ou à se détruire, ainsi que le culte du secret. Cette tendance se trouve d’autant plus marquée qu’il y a redondance entre les significations du Scorpion et de la 8e maison. On peut en déduire une capacité à se laisser glisser dans le monde de l’interdit, de la destruction du réel ou de ce qui vient le rappeler (Neptune au semi-carré du Milieu du Ciel), de même que le souci de maintenir cette dérive secrète.

Neptune se trouve en aspect de Vénus, en Poissons et en 12e maison, ce qui montre souvent la fuite dans l’amour fusionnel et l’échec qui s’ensuit (Vénus semi-carré à Saturne). Il est également en aspect de Mars en Cancer et en 4e maison, de surcroît au carré de la Lune. Mars, maître de la 8e maison par le Scorpion, montre que la force d’action est comme enfermée (Mars en chute en Cancer) et qu’elle peut s’exprimer de façon agressive vis-à-vis de la famille (maison 4) et de la femme (carré à la Lune en maison 7). Nous remarquons également que Vénus et Mars se trouvent en trigone exact, or on sait que notre personnage est aussi un séducteur (il a entretenu une liaison avec une maîtresse à laquelle il a emprunté une forte somme d’argent).

La présence de l’Ascendant en Poissons, de Neptune en Scorpion et de Mars en Cancer, soit dans les trois signes d’eau, indique une personnalité marquée par le rêve, le fantasme, l’illusion. Il existe ici une forme d’immaturité, une tendance à l’affabulation pour masquer ses difficultés à se construire dans le réel, et surtout une fragilité psychique liée aux Poissons.

L’autre grande composante du thème contraste fortement avec la première : quatre astres occupent le signe du Capricorne, à savoir Jupiter et Saturne encadrant le Soleil, plus Mercure exactement conjoint à Saturne. Nous nous trouvons de fait dans un contexte entièrement différent du précédent, celui de la structure, de la responsabilité, de la réalité tangible et de la Loi. Ces valeurs se trouvent encore accentuées du fait que Saturne se trouve en son domicile et que par conséquent il régit l’amas. Plus encore, la conjonction de Mercure à Saturne implique une logique rigoureuse, un rapport distant avec l’entourage (certains de ses proches le décrivent comme froid et cassant). Et pour parfaire l’ensemble, ces quatre astres sont en aspect de sextile à l’Ascendant.
Comment ces valeurs, même juxtaposées au premier ensemble « eau », ont-elles empêché notre sujet de construire sa vie autrement que sur des mensonges et des illusions ? C’est que l’ensemble de ces configurations en Capricorne comporte des failles.

Le milieu du Ciel en Sagittaire, significateur de la carrière, est régi par Jupiter. Or celui-ci est en Capricorne, signe de sa chute, et de surcroît conjoint à Saturne. Si dans la mythologie Jupiter, fils de Saturne, parvint à détrôner son père et devint à son tour le père des dieux et des hommes, il n’en va de même ici car Jupiter se trouve directement soumis à l’autorité de Saturne de par sa conjonction à ce dernier et sa chute en Capricorne dont Saturne est le maître. On sait par les médias que Xavier de Ligonnès vouait une forte admiration à son père, ce qui laisse supposer qu’il n’a jamais réussi à s’affranchir de son autorité. Il a donc cherché à faire semblant, à se créer une image rassurante de père de famille et de chef d’entreprise sans que celle-ci ne recouvre de réalité tangible. On note du reste que l’amas planétaire en Capricorne se situe en 11e maison, celle des projets et non de la réalisation sociale. Or les témoignages font état de nombreux projets professionnels inaboutis, notamment dans le secteur commercial.

On découvre ensuite que Xavier de Ligonnès, conformément à la symbolique du Capricorne, est en réalité un homme seul. Malgré son masque de sociabilité, il s’est enfermé dans une logique d’échec tant au niveau de sa carrière professionnelle que de son « rêve américain ». Toutefois, ces considérations ne peuvent expliquer à elles seules comment il a pu décider en toute lucidité de supprimer sa famille et d’organiser sa fuite, comment on passe d’une faiblesse de structure associé à un complexe d’échec à l’anéantissement des siens.

La clé nous est donnée par la Lune noire, Lilith dont la mythologie rapporte qu’elle « est née pour faire le mal aux petits enfants ». Désignée comme démone, Lilith était réputée pénétrer dans les foyers pour tuer les nouveau-nés. Première épouse d’Adam, elle s’enfuit du Paradis terrestre pour s’unir ensuite à Satan. Certaines légendes affirment même qu’elle accepta de tuer sa progéniture démoniaque pour se racheter. En astropsychologie, la Lune noire symbolise la faille qui peut faire plonger l’être dans le néant, elle désigne la transgression ultime, la souffrance indicible autant que la quête d’absolu.

Dans le thème de Xavier de Ligonnès, Lilith se trouve en Cancer (la famille) et dans la 5e maison (les enfants), et c’est bien dans ce domaine qu’il est passé à l’acte, avec l’aide Mars en Cancer et en maison 4. Par ailleurs, Lilith envoie des oppositions à tous les astres situés en Capricorne : l’opposition au Soleil traduit la quête d’un absolu inaccessible et le déni de soi, celle à Jupiter l’impossibilité de réussir socialement, celle à Saturne le refus de la Loi. En d’autres termes, elle représente la faille dans la structure et conduit à son écroulement.

La synthèse de cette analyse conduit à penser que l’on a affaire à une personnalité clivée, pour reprendre le langage psychanalytique. Ce clivage met en évidence deux facettes, celle fragile et fuyante correspondant à l’Ascendant Poissons et à Neptune en Scorpion, et celle froide et déterminée à l’amas en Capricorne. Toutefois, c’est Lilith qui fait le lien et signe l’acte criminel.

Selon les autorités, les faits se sont produits entre le 3 et le 6 avril 2011. Les transits du 3 avril montrent une conjonction exacte de Mars, de Lilith et d’Uranus sur le 2ème degré du Bélier, ainsi que des oppositions du Soleil, de la Lune et de Jupiter en Bélier à Saturne en Balance, lesquelles actualisent la conjonction Soleil-Jupiter-Saturne de naissance.

Une dernière question : où le fugitif a-t-il pu se réfugier ? Dans le thème natal, la maison 9 en Sagittaire (l’étranger) est régie par Jupiter en Capricorne en maison 11. En révolution solaire (dressée pour Nantes), le Soleil et Mars sont en maison 9 en Capricorne, laquelle vient se superposer à la maison 11 natale, et la maison 11 reçoit entre autre Jupiter et Uranus. On pourrait en déduire que Xavier de Ligonnès se trouve chez un ami en Angleterre…

L'affaire DSK sous le regard des astres


Elizabeth Tessier prévoyait l’année dernière, dans un grand hebdomadaire, que « 2011 serait pour DSK une année géniale et qu’à 62 ans, c’était l’année de sa vie ». Quand on sait ce qui s’est produit le 14 mai dernier, la prédiction de la « grande dame de l’astrologie française » constitue un cadeau inespéré pour nos détracteurs. On relève au moins deux facteurs pour expliquer ce ratage exemplaire.

Le premier, c’est que dans l’esprit du grand public E. Tessier incarne la seule référence en matière d’astrologie. Par conséquent, si elle se trompe à ce point, c’est que l’astrologie n’est pas fiable. Pourtant, d’autres astrologues plus ou moins médiatiques, dont Christine Haas, avaient annoncé que DSK ne se présenterait pas.

Le deuxième, c’est que l’astrologie est une science infiniment complexe et subtile et qu’il ne suffit pas de tenir compte d’une configuration immédiatement visible pour faire une prévision réussie. Effectivement, à première vue l’année 2011 se présentait sous les meilleurs auspices si l’on ne prenait en considération qu’un seul facteur, en l’occurrence le passage de Jupiter sur les points les plus saillants du thème de DSK liés à sa carrière. Mais le fait est qu’il y en avait d’autres, sans doute moins flagrants mais néanmoins aisément identifiables, qui annonçaient précisément le contraire, ou tout au moins qui mettaient en évidence des risques d’empêchement. De quelles configurations s’agissait-il ? Entre autre du passage d’Uranus sur la Lune de naissance, alors que ce même Uranus présentait dans le thème natal un risque d’événement soudain vécu comme une épreuve ou un accident, de coup de tonnerre, pour reprendre l’expression employée par les médias pour qualifier la chute de DSK. Or, le passage d’Uranus se produisait avant celui de Jupiter. En d’autres termes, un train peut en cacher un autre, et c’est précisément ce que Mme Tessier n’a pas pris la peine de voir alors que d’autres astrologues l’ont fait.

L’affaire ne se résume donc pas à « un pour ou contre l’astrologie », à un jugement à l’emporte-pièce quant à la valeur d’une discipline dont l’âge respectable — 2 000 ans au moins — devrait inspirer un certain respect. La question essentielle porte en réalité sur la compétence de l’astrologue et sur l’indispensable travail d’analyse préalable à toute interprétation, lequel se situe aux antipodes des horoscopes des journaux. Non, l’astrologue ne juge pas de l’avenir en jetant un coup d’œil négligent sur le thème astral d’une célébrité. Ce n’est qu’après avoir analysé, comparé et relativisé un grand nombre de facteurs qu’il se prononcera. C’est du moins ce qu’il est censé faire, tout en reconnaissant qu’en matière prévisionnelle il existe un risque d’erreur correspondant à la complexité des facteurs pris en compte et à l’infinité des possibles.

Pour en venir à DSK lui-même, comment l’astrologie rend-elle compte de ce qui a pu conduire à une chute aussi brutale pour des raisons aussi triviales ? On a répété à l’envi que DSK est natif du Taureau, un signe lié aux appétits et au désir de possession. Certes, ceci illustre sa sensualité effrénée et son intérêt pour l’argent et l’économie. Mais ce simple trait ne suffit pas, loin de là, à expliquer son comportement.

Il faut tenir compte également de l’Ascendant Lion, qui confère au sujet un fort besoin de reconnaissance. Celui-ci peut s’accompagner d’un sentiment de supériorité, comme si on appartenait à une élite, ainsi que du goût du luxe (le désir de ce qu’il y a de mieux) et de l’argent (qui permet de se l’offrir). Ce trait se trouve renforcé ici par le fait que le Soleil, astre associé au signe du Lion, se trouve proche du zénith, le lieu de la réussite et du pouvoir. De ce fait, l’importance du Soleil a pu donner à DSK une psychologie d’ « enfant roi » qui n’admet pas qu’on puisse mettre une limite à son ambition et à ses appétits sensuels (Vénus se trouve à côté du Soleil dans le signe du Taureau).

Mais si ces traits évoquent les feux de la réussite, la présence de Pluton dans le signe du Lion, non loin de l’Ascendant, montre un autre aspect beaucoup plus ténébreux et secret. En effet, Pluton, dieu du monde souterrain dans la mythologie latine, est associé à la part d’ombre que chacun porte en soi. Lié aux pulsions et aux instincts venus des profondeurs de la psyché (sexualité, pouvoir, angoisse, autodestruction), il exerce chez les individus concernés par son influence une emprise aussi invisible que puissante, laquelle, quand on la laisse grandir, en vient à rivaliser avec la volonté. Le sujet se trouve alors de plus en plus gouverné malgré lui par des désirs que par ailleurs son sens moral réprouve et pour la satisfaction desquels il cherchera à négocier. La sensualité du Taureau se mue alors en désir frénétique de jouissance, tandis qu’augmente l’angoisse qui résulte de l’antagonisme entre les parts d’ombre et de lumière.
Il ne fait guère de doute que l’angoisse constitue une composante majeure de la personnalité de DSK. Comme il l’a écrit lui-même, sa vie s’est arrêtée lorsqu’une grande partie de son entourage a disparu dans le tremblement de terre d’Agadir alors qu’il avait 11 ans. Par ailleurs, il est né peu après la Deuxième guerre mondiale dans une famille juive et l’on sait combien cette génération est marquée par la Shoah et l’angoisse qui en résulte. Sans doute est-ce en raison de cette lutte entre pulsion de vie et pulsion de mort que DSK consacre beaucoup de ses loisirs à jouer aux échecs, là où s’affrontent le blanc et le noir à l’image du bien et du mal, l’intelligence pouvant se mettre indifféremment au service de l’un ou de l’autre. Parvenu au seuil du pouvoir suprême, la présidence de la République, ce sont les forces obscures qui l’ont emporté sur sa volonté et son ambition. Le pion noir a mis le roi blanc échec et mat sous l’effet d’une pulsion sexuelle qui doit être comprise aussi comme autodestructrice. Le 14 mai dernier, Pluton envoyait une dissonance majeure (un angle de 90°) sur le zénith de son thème natal et mettait un point d’orgue à sa carrière.

Le thème de DSK révèle cependant une autre composante de sa personnalité, à savoir son rapport aux femmes, ou plutôt à la femme. Deux symboles de la féminité, la Lune et la Lune noire, également appelée Lilith, s’y retrouvent côte à côte. Si la Lune évoque l’image de la mère et de l’épouse, la Lune noire représente la femme fatale à la fois désirée et rejetée, séductrice et mortifère, rebelle et castratrice. De fait, Lilith est un symbole tiré de la mythologie juive : parfois représentée sous les traits d’une prostituée, elle était supposée violer les hommes pendant leur sommeil pour s’emparer de leur semence et enfanter des démons… Ainsi, la juxtaposition de ces deux figures archétypales est-elle à l’image de son vécu : à côté de la femme protectrice (en l’occurrence Anne Sinclair, native du Cancer, signe de la Lune) qui pourra jouer aussi un rôle maternel, se tient celle que l’on séduit et que l’on rejette, que l’on désire et que l’on méprise, voire que l’on maltraite. D’un point de vue psychologique, ce trait est caractéristique de l’enfant roi qui tend à faire de sa mère sa chose et qui, devenu adulte, adopte vis-à-vis de la femme une conduite abusive. Le 14 mai dernier, La Lune noire venait de repasser sur sa position de naissance (son cycle est de 9 ans environ) et s’approchait du zénith, en même temps qu’Uranus, qui désigne la foudre, arrivait sur la Lune de naissance.
Comme on le voit, il existe effectivement deux faces chez DSK, celle de la lumière symbolisée par le Soleil et la Lune, et celle de l’ombre symbolisée par Pluton et la Lune noire. Dès 2008 et encore en février dernier, des journalistes l’appelaient Docteur Strauss et Mister Kahn…

Quant au passage de Jupiter, qui faisait dire à Elisabeth Tessier que l’année 2011 serait exceptionnelle, que peut-il en attendre ? S’agissant d’un astre magnanime et dévolu aux affaires judiciaires dans son thème natal, on peut supposer que DSK s’en sortira sans trop de dommages, probablement grâce à un revirement inattendu, comme par exemple une inflexion du témoignage de la victime.