Astroportraits d’Alain Juppé et François Fillon


A la veille du second tour des primaires de la droite et du centre, que révèlent les astres des deux candidats restés en lice ? Sans préjuger du résultat et encore moins prendre parti, il n’est pas inutile de chercher à saisir leur personnalité en étudiant leur thème astral.

Alain Juppé

juppe-1Comme de nombreux acteurs politiques du moment (Aubry, Fabius, Hollande, Le Pen, Valls), Alain Juppé est né sous le signe du Lion. Ce seul facteur évoque l’extraordinaire importance attachée au fait d’être reconnu, aimé, admiré par le peuple, tout comme la Lune reflète la lumière du Soleil. Il existe chez lui une dimension narcissique centrale qui d’emblée s’est jouée dans le domaine intellectuel : donner à voir la qualité de sa pensée, de son discours, de ses connaissances, c’est faire la preuve de l’excellence de son être, comme en atteste son parcours d’étudiant.

Il existe cependant chez lui une forte sensibilité émotionnelle et même sentimentale, comme le montre, d’une part, Vénus placée juste avant l’Ascendant dans le signe du Cancer (le sens du beau) et, d’autre part, la Lune en Scorpion en Ve Maison (le sens de la tragédie). Et pourtant, Alain Juppé est connu pour sa froideur, son allure sévère et hautaine qui lui a donné une apparence prématurément âgée. Cela s’explique aisément par la présence de Saturne, l’astre de la vieillesse, situé quant à lui juste après l’Ascendant Cancer. L’image est celle d’un homme sensible, parfois nostalgique et solitaire, qui s’est construit très tôt une armure afin de ne pas être blessé dans sa fierté.

Mais qu’en est-il de son aptitude à assumer la charge suprême de la Nation ? Quand on scrute le lieu qui symbolise le pouvoir dans un thème astral, on ne trouve… rien, ou presque. Le Zénith, encore appelé Milieu du Ciel, se trouve en Poissons, signe des événements sur lesquels on n’a pas de prise, comme les phénomènes naturels ou les événements mondiaux. Le seul lien du Zénith à un astre est le trigone de Saturne, ce qui évoque l’image d’un vieux capitaine (Saturne) qui tente de diriger son navire contre vents et marées. Ici, les vents et les marées sont symbolisés par Neptune et Jupiter, les deux astres qui ont autorité sur les Poissons et qui, dans le thème de Juppé, s’opposent au Zénith. On peut même ajouter que Neptune est au demi-carré du Soleil – le pouvoir échappe à la volonté – et Jupiter est en Vierge au demi-carré de la Lune – l’exercice du pouvoir est limité et ne rencontre pas l’adhésion populaire. En fait, les deux seuls astres situés au-dessus de l’horizon sont Mars et Uranus en Gémeaux en maison XII, symboles des forces de la jeunesse révoltée qui se retournent contre lui. Or, la rigidité de Saturne et l’aveuglement créé par la le Soleil en Lion ne donnent pas les meilleurs moyens pour y répondre. Mais cela n’avait-il pas déjà été le cas en 1995 ?

Ce qui pose problème dans ce thème est, d’une part, l’absence de structure projetée sur le monde extérieur – elle semble ici centrée sur soi – et, d’autre part, le manque de soutien reçu par l’égo : le seul astre relié au Soleil est Neptune, souvent signe d’illusion, de trahison, parfois même de naufrage. Pour ces raisons, il semble que si Alain Juppé devait parvenir au pouvoir en 2017, ce ne serait pas pour très longtemps.

juppe-2Alain Juppé – 15 août 1945, 4 h 00, Mont-de-Marsan

François Fillon

fillonTout autre apparaît le thème astral de François Fillon. Celui-ci est fortement influencé par le signe des Poissons : outre le Soleil, on y trouve la Lune, Mercure et Vénus, qui montrent une personnalité difficile à cerner quand on cherche à mieux la connaître tant elle semble nous échapper. Il existe ici une extrême réceptivité aux courants, aux tendances, aux influx subtils qui invisiblement font et défont la trame des événements. Sans qu’il en soit nécessairement conscient, François Fillon est doué d’un sixième sens qui semble l’avoir convaincu qu’il a un rôle à jouer qui dépasse sa personne. Chose rare chez un politique, le Soleil, de même que Vénus qui régit son Ascendant Balance, influencent la VIe Maison. Or cette Maison est traditionnellement associée à la notion de service, d’œuvre que l’on accomplit au bénéfice d’autrui, que ce soit pour un patron, une entreprise, une clientèle ou une collectivité. Le sens de cette configuration complexe semble indiquer que Fillon se sent appelé à accomplir une mission (Poissons) vécue comme un service nécessaire (Maison VI) à la Nation, comme s’il obéissait à une volonté supérieure et non aux exigences du moi. C’est du reste l’influence des Poissons, plus que son éducation, qui détermine sa foi catholique (ce signe symbolise le christianisme). Pour autant, on se gardera d’évoquer ici une forme de mysticisme, mais plutôt un puissant ancrage dans ses convictions profondes.

L’impression générale donnée par ce thème est celle d’une structure à la fois solide (trigones de Saturne au Soleil et à la Lune, trigones d’Uranus au Soleil et à Vénus) et mouvante (tous ces astres sont en signes d’eau). Certes, il existe ici un conservatisme (influence de Saturne) associé à un libéralisme (influence d’Uranus), mais chez lui ces tendances, loin de se contrarier, se rejoignent et semblent se confondre en une synthèse naturelle (trigones au Soleil). C’est ce qui explique qu’il ait pu se rebeller pendant sa jeunesse puis mener une vie familiale orthodoxe. Pour le dire autrement, il est certainement le candidat le plus conforme à l’ordre traditionnel (Saturne), mais il n’en est pas moins le plus indépendant, voire le plus imprévisible (Uranus).

L’Ascendant en Balance confère indéniablement un sens politique (le graphisme du signe évoque l’hémicycle des assemblées), comme c’est le cas chez Charles de Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, François Bayrou ou Marine le Pen. Si cet Ascendant lui donne un équilibre intérieur en toutes circonstances, aidé en cela par Neptune qui lui permet de pas être pas affecté par les événements extérieurs, François Fillon connaît probablement des accès de colère plus ou moins contenus (carrés de Mars et de Jupiter au Soleil et à la Lune) quand on cherche à l’écarter de son chemin.

Sa quête du pouvoir est indissociable d’une volonté de se mettre au service d’une cause qui transcende ses propres intérêts (la Lune, maîtresse de son destin, est conjointe au Soleil en Poissons en Maison VI). Il en a donné la preuve lorsqu’il était Premier ministre. On peut même supposer que cette volonté est née le 6 mai 2007, lorsque N. Sarkozy a été élu à la présidence de la République : Uranus était arrivé sur son Soleil de naissance et au trigone de son Milieu du Ciel. Cette planète, qui domine le thème par sa culmination au Zénith et préside de ce fait à sa destinée, joue en effet le rôle de déclencheur. Il crée la surprise soudaine, l’événement imprévu qui vient déjouer les pronostics, et c’est précisément ce qui s’est joué le 20 novembre dernier. Ce jour-là, Neptune, le maître des Poissons, passait sur sa Lune de naissance et créait cette « vague, cette dynamique puissante » qu’il a évoquée le soir même. Le 7 mai 2017, il passera exactement sur son Soleil de naissance, une configuration qui ne peut se produire qu’une fois au cours de la vie. Si l’on a de bonnes raisons de supposer que la vague qui l’entraîne actuellement continuera de le porter le 27 novembre, rien n’est pour autant joué pour les élections présidentielles car Neptune peut aussi symboliser l’illusion, le rêve brisé, la vague qui retombe avant d’avoir atteint son but.

Remarquons pour finir que dans son thème natal le Zénith vient se placer exactement sur l’étoile Canopus, une étoile très brillante qui tire son nom de Kanobos, le pilote du navire Argo qui partit à conquête de la Toison d’or. La Tradition nous dit qu’elle « donne piété, conservatisme » et qu’elle accorde de « hautes dignités ».

fillon-2François Fillon – 4 mars 1954, 21 h 15, le Mans

Donald Trump’s victory wasn’t foreseen by anyone… except Astrology


mr-trump-yellow-tieIn the same way the Brexit could be foreseen as early as the date of the referendum in the UK was known, Donald Trump’s election to the presidency of the United States was just as much predictable by Astrology, provided that its methods are implemented properly. With my group of students, I had concluded in the last spring, not only that D. Trump’s victory was unavoidable, but also that it was going to be a surprise for everyone throughout the world. The main astrological reason for that is simple: the planet Uranus, close to the Sun in Gemini in Trump’s natal chart, predicted an extraordinary career full of unexpected developments thanks to an outstanding adaptability, and based upon a powerful self-assertiveness, particularly towards institutions. Uranus symbolizes sudden events, thunderbolts, changes of the political regime like revolutions (it was discovered 8 years before the French revolution). It represents also individual success and economic liberalism. Uranus is highlighted in the chart of the United States (declaration of independence on July 4th, 1776) and represents freedom, expansion, technical progress and individualism, these terms being clearly connected to the US.

But Trump’s chart shows also a rare particularity that makes the difference: the Ascendant at the very end of Leo lies exactly on the star Regulus, one of the four “royal stars”. Also called “Leo heart” or “Little king”, this star is famous since Antiquity for bringing a brilliant destiny or an outstanding power, if confirmed by the rest of the chart. Other remarkable configurations, such as Mars in Leo on the Ascendant, showing a « fierce pride », or the very beneficial trine of Jupiter to the Sun and Uranus, just confirm that it is really the case here.

But the astral configurations of the election period had to match in order to win. And the least we can say is that they matched considerably: Uranus comes to the sextile (a beneficial angle between two planets) of the Sun, the ruler of the Ascendant in Leo, a configuration that occurs two or three times in life. Jupiter, back in Libra as in the natal chart, forms a trine, the best possible angle to the Sun and Uranus. As for its annual chart, also called solar return chart, it was no less promising: made for Greensboro, North Carolina, where Trump hold a meeting during his birthday, it emphasizes the connection between the Sun and Uranus and shows a conjunction of the Sun to Venus, the star of seduction that attracted a majority of American citizens.

Hillary Clinton’s natal chart shows also interesting configurations, but these are spoiled by a square (an adverse angle between two planets) between the Moon in Pisces on the Midheaven and Uranus in Gemini: the popularity symbolized by the Moon is suddenly eclipsed by an unexpected and sudden reversal of the situation, which is absolutely characteristic of a Uranus square. The candidate had only one possibility to attempt to stop the rot: spending her birthday in Phoenix, Arizona, in order to enhance her annual chart. Although she had been informed in advance, she did not follow the advice and preferred to hold a meeting in Florida, a State that Trump won by far. Since her birthday on October 25th, the destiny of America is sealed, and more widely that of the world.

trump-2

Donald Trump, June 14th, 1946, 10:54 a.m., Jamaica, NY

Personne n’avait prévu la victoire de Donald Trump… sauf l’Astrologie


mr-trump-yellow-tieDe même que le Brexit était prévisible dès l’annonce de la date du référendum en Grande-Bretagne, l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis l’était tout autant par l’astrologie, à la condition que ses méthodes sont correctement appliquées. Nous avions déduit dès avant l’été, avec mon groupe d’élèves, non seulement que la victoire de D. Trump serait inéluctable, mais aussi qu’elle surprendrait le monde entier. La principale raison en est simple : la planète Uranus, placée dans le signe des Gémeaux près du Soleil du thème natal de Trump, annonçait une carrière extraordinaire, faite de rebondissements inattendus grâce à une remarquable capacité d’adaptation, et surtout basée sur l’affirmation systématique de son ego, particulièrement vis-à-vis des institutions. Planète qui symbolise les événements soudains, les « coups de tonnerre », les changements de régime tels que les révolutions (elle a été découverte 8 ans avant la Révolution française), Uranus représente aussi la réussite individuelle et, sur un plan collectif, le libéralisme économique et l’idéologie qui le sous-tend. Très valorisée dans le thème des Etats-Unis (déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776), elle signifie les principes de liberté, d’expansion, de progrès technique et d’individualisme qui caractérisent l’image des États-Unis à travers le monde.

Mais le thème de Trump présente une autre particularité, aussi rare que précieuse, qui a fait la différence : son Ascendant, situé à l’extrême fin du signe du Lion, se trouve exactement sur l’étoile Regulus, l’une des quatre « étoiles royales ». Appelée aussi « Cœur du Lion », cette étoile est réputée depuis l’Antiquité favoriser une destinée brillante ou un pouvoir hors du commun lorsque le reste du thème le confirme. D’autres configurations remarquables, telles que la présence de Mars en Lion sur l’Ascendant, signe d’une « fierté féroce », ou celle très avantageuse de Jupiter au trigone du Soleil et d’Uranus, viennent confirmer que c’est bien le cas ici.

Encore fallait-il, pour obtenir la victoire, que les configurations de la période de l’élection s’y prêtent. Or, c’est le moins qu’on puisse dire, elles s’y prêtent fortement : Uranus est parvenu au sextile (angle favorable entre deux astres) du Soleil, maître de son Ascendant Lion, une configuration qui ne se produit que deux ou trois fois dans une vie. Jupiter, revenu en Balance comme à la naissance, forme le meilleur angle possible (un trigone) au Soleil et à Uranus. Quant à son thème annuel, appelé révolution solaire, il était tout aussi prometteur : dressé pour Greensboro, en Caroline du Nord, où D. Trump a fait un meeting le jour de son anniversaire, il mettait en valeur le lien entre le Soleil et Uranus, auquel venait s’ajouter une conjonction du Soleil à Vénus, l’astre de la séduction à laquelle ont succombé une majorité d’Américains.

Le thème natal d’Hillary Clinton présentait certes aussi des configurations intéressantes, mais gâchées par le carré (angle défavorable entre deux astres) de la Lune en Poissons et au Milieu du Ciel à Uranus en Gémeaux : la popularité symbolisée par la Lune se trouve soudainement éclipsée par un retournement de situation inattendu, tout à fait caractéristique du carré d’Uranus. La candidate n’avait qu’une possibilité pour tenter de redresser la situation : passer son anniversaire à Phoenix, dans l’Arizona, afin d’optimiser son thème annuel. Bien que prévenue elle n’en a rien fait, préférant tenir un meeting en Floride, État que Trump devait remporter très largement. Depuis le 25 octobre, jour de son anniversaire, le destin de l’Amérique, et plus largement celui du monde, était scellé.

trump-2

Donald Trump, 14 juin 1946, 10h54, Jamaica, Etat de New York