Pluton est-il toujours une planète ?


pluton-21Pluton a été exclu du rang des planètes. Pourquoi les astrologues continuent-ils à l’utiliser ?

Le fait qu’une assemblée d’astronomes, aussi éminents soient-ils, ait décrété en 2006 que Pluton n’est plus une planète n’entraîne aucune conséquence sur le rôle de cet astre en astrologie. En effet, la nature symbolique de Pluton a été suffisamment étudiée et confirmée par les astrologues du monde entier depuis plus d’un demi-siècle pour ne pas devoir être remise en question.

Aussi petite et lointaine qu’elle soit, cette planète joue bien au contraire un rôle déterminant dans l’histoire de l’humanité depuis sa découverte en 1930, et plus encore à notre époque : elle correspond rien moins qu’à la crise qui déstructure la société actuelle. Mais peut-être est-ce là la vraie raison du déclassement de Pluton : tout se passe comme si l’on refusait de voir la nature profonde des transformations en cours dans le monde.

En savoir plus : Actualités de Pluton.

L'influence des planètes


systeme-solaireToujours selon les astronomes, les planètes du système solaire ne peuvent pas avoir d’influence sur la Terre en raison de leur éloignement et de leur effet gravitationnel négligeable.

Rares sont les astrologues qui pensent aujourd’hui que les planètes du système solaire exercent une « influence » d’ordre physique sur la Terre, comme c’est le cas par exemple des marées provoquées par l’attraction de la lune sur les océans.

En astrologie il n’est pas question « d’influence », au sens d’action d’un corps sur un autre, mais de correspondance, de similitude, de relation non-causale dont on ignore encore la nature. Une des hypothèses avancées suppose un échange permanent d’informations entre la Terre et les astres qui gravitent dans le Zodiaque, comme une maille indétectable qui mettrait en relation le monde d’en haut (le Ciel) avec celui d’en bas (la Terre).

Les jumeaux astrologiques


jumeauxPourquoi les jumeaux ont-ils des personnalités et des vies différentes alors qu’ils sont nés pratiquement au même moment ?

S’il est bien connu que les vrais jumeaux (monozygotes) restent étroitement liés tout au long de leur vie, la question se pose en effet pour les faux jumeaux (hétérozygotes). En raison de leurs naissances très rapprochées, les jumeaux ont des thèmes très semblables mais non identiques. Aussi minimes qu’elles soient, les différences permettent de les distinguer et semblent même amplifier les caractéristiques individuelles.

Quant au contenu commun des deux thèmes, qui correspond aux facteurs les plus déterminants, l’expérience montre que les jumeaux semblent « se partager » les potentialités décrites par l’astrologie : l’un exprimera plutôt telle configuration correspondant à tel trait de caractère, tandis que son jumeau développera telle autre configuration correspondant à tel autre trait.

Ainsi les faux jumeaux ont souvent des vies différentes, mais quand on y regarde de plus près on s’aperçoit que ces différences sont en réalité des facteurs de complémentarité.

A Lire sur ce sujet : La Preuve par Deux, S. Fuzeau-Braesch, maître de recherches au CNRS, Editions Robert Laffont, 1992.

Signes du zodiaque et constellations


precession1Depuis 2 000 ans, les signes du zodiaque se sont déplacés par rapport aux constellations. Selon les détracteurs de l’astrologie, ils ne correspondent donc plus à la réalité astronomique d’aujourd’hui : un « Taureau » ne serait donc plus un « Taureau », mais un « Bélier ».

Le zodiaque tropique est la partie de ciel dans laquelle s’inscrivent les trajectoires du soleil, de la lune et des autres planètes du système solaire (vu depuis la Terre). Il commence au point vernal, c’est-à-dire à l’intersection de l’écliptique (trajectoire apparente du soleil) et de l’équateur célestee, et se divise en 12 secteurs égaux de 30° appelés « signes zodiacaux ».

Or, le zodiaque tropique se déplace très lentement (dans le sens des aiguilles d’une montre) par rapport aux constellations d’étoiles de mêmes noms constituant le zodiaque sidéral. Ce déplacement s’effectuant au rythme de 1° tous les 72 ans, il existe effectivement un décalage croissant entre zodiaque tropique et zodiaque sidéral, qui est actuellement de 23°.

Ce phénomène a été découvert  par l’astronome et mathématicien grec Hipparque de Nicée vers 130 avant J.-C., soit il y a plus de 2000 ans. Il a été appelé mouvement précessionnel, car les constellations paraissent reculer par rapport aux signes du zodiaque tropique. Cela est dû à l’inclinaison de l’axe de la Terre, qui effectue une rotation très lente sur lui-même (voir schéma ci-contre). Vu depuis l’espace, la Terre semble donc affectée d’un mouvement de toupie.

Historiquement, la découverte du mouvement précessionnel, ou « précession des équinoxes », précède de trois siècles la rédaction du premier traité complet d’astrologie, le Tetrabiblos de l’astronome et astrologue égyptien Ptolémée d’Alexandrie. C’est donc sur la confusion des 12 signes du zodiaque avec les constellations d’étoiles de même noms que se fonde cet argument évidemment faux, puisque l’astrologie étudie le mouvement des astres dans le zodiaque tropique et non dans les constellations. Qu’il soit né aujourd’hui ou sous Jules César, un « Taureau » reste donc un « Taureau » !