L'astrologie et les horoscopes


Depuis les années 1950, les médias diffusent auprès du grand public des horoscopes qui délivrent à des millions de gens les mêmes prédictions. Comme si l’astrologie pouvait se réduire à ces fameux 12 signes, comme si une population pouvait se répartir en 12 catégories, comme si les mêmes événements pouvaient se produire le même jour pour 5 millions de Français !

Ces « prévisions » n’ont strictement aucune valeur astrologique : elles ne sont destinées qu’à faire vendre, à faire rêver les lecteurs… et à donner des arguments aux détracteurs de l’astrologie. De toute façon, la grande majorité des horoscopes ne sont pas écrits par des astrologues mais par des pigistes qui n’ont pas la moindre notion d’astrologie !

On ne peut que déplorer cet amalgame volontairement entretenu entre « horoscopie » et astrologie, car il favorise une regrettable confusion entre ce qui relève du pur divertissement et ce qui relève d’une science plusieurs fois millénaire, sur laquelle se sont penchés des grands esprits tels que Saint Thomas d’Aquin, Richelieu, Goethe ou C.G. Jung. Ainsi, l’image de l’astrologie souffre-t-elle de cette confusion au point que, pour beaucoup, « l’astrologie, c’est l’horoscope du journal », quand ce n’est pas la voyance ou la cartomancie !

Astrologie, voyance, cartomancie


 L’astrologie s’apprend en faisant des études spécifiques et ne requiert aucun « don » particulier. Au contraire, la cartomancie (divination par les cartes), et plus encore la voyance, font exclusivement appel à l’intuition. Comme les personnes réellement douées de clairvoyance sont peu nombreuses, on assimile trop souvent les astrologues, les cartomanciens et les voyants à des charlatans.

En réalité l’astrologie formule des prévisions fondées sur des configurations célestes réelles, tandis que les flashs de voyance ne reposent que sur l’état de sensibilité du voyant.

Mais il faut reconnaître que nombre de cartomanciens, voyants et autres marabouts se disent aussi « astrologues » alors que ce n’est pas le cas, ce qui entretient malheureusement une confusion dans l’esprit du public. Dans ce cas, comment distinguer les vrais astrologues des faux ?

Il existe un moyen très simple : dans l’immense majorité des cas, les astrologues ne sont pas des voyants et les voyants ne sont pas des astrologues. Il est donc préférable d’être vigilant quand on s’adresse à quelqu’un qui se présente sous cette double étiquette. De plus, les astrologues se regroupent de plus en plus au sein d’associations qui défendent l’éthique et l’image de leur profession, parmi lesquelles la FDAF.