Astrologie et Homéopathie


hippocrateEn apparence, deux domaines totalement différents qui n’ont pour point commun que d’être décriés par les mêmes tenants de la pensée rationaliste. Et pourtant…
Cette contribution de l’astrologie à l’Art de guérir s’inscrit dans une tradition qui remonte à l’Antiquité : Hippocrate affirmait déjà que « nul ne peut être médecin s’il n’est pas astrologue » ! Elle s’est aussi enrichie des apports des sciences humaines et de la connaissance de la matière médicale homéopathique.

De fait, homéopathie et astrologie présentent certains fondements communs :

Sur le plan de la méthode :

  • – le principe d’analogie, mode de raisonnement propre à l’astrologie, est de même nature que le principe de similitude
  • – le caractère subtil du mode d’action des astres est comparable à celui des remèdes homéopathiques, puisque ces deux modes d’action restent encore inexpliqués.

Sur le plan de la pratique :

  • – la prise en compte globale des différents niveaux de l’être (physique, émotionnel, intellectuel, spirituel), de son histoire et de ses conditionnements
  • – la recherche des caractères spécifiques qui font de chaque individu un être unique
  • – l’analyse des causes réelles, le plus souvent inconscientes, à l’origine des conflits et des maladies.

L’étude du ciel de naissance offre des clés essentielles à la compréhension de l’individu, de son vécu et de son ressenti. Elle permet de saisir ce qui le distingue des autres : ses traits de caractère, ses modalités réactionnelles, ses difficultés et leurs causes réelles, ses tendances pathologiques, etc.
De plus, il est possible de le resituer dans son environnement familial, affectif et social, ainsi que de déterminer son conditionnement psycho-généalogique. On accède ainsi directement au noyau de sa problématique de fond, ce qui permet d’orienter rapidement la démarche homéopathique en direction du remède « simillimum », c’est-à-dire correspondant spécifiquement au profil du patient.

Chaque remède homéopathique possède une identité propre qui se révèle à travers des symptômes physiques, mentaux et oniriques. L’ensemble de ces symptômes constitue un tableau unique. De même, les différents symboles d’une carte du ciel représentent un individu unique.
Grâce à l’analogie, il devient possible de définir pour chaque remède une signature astrologique en associant sa thématique principale avec tel ou tel signe, planète ou combinaison de facteurs. Cette approche vient compléter notre connaissance de la Matière médicale : elle apporte une dimension symbolique en correspondance avec les énergies fondamentales qui régissent l’univers.
De ce fait, le rapprochement entre la signature astrologique du remède et celle du patient peut largement faciliter la découverte du remède « simillimum ».

Un article de Didier Lustig publié sur le site d’Interhomeopathy ! « Signes du zodiaque et remèdes homéopathiques – Les signes du Bélier et du Lion »

L'astrologie est-elle une science ?


morinOui, l’astrologie est une science…

Et même plus : « elle est à la fois un art, une science et une sagesse » écrivait le philosophe Raymond Abellio. Elle a été enseignée en tant que telle dans les principales universités françaises et européennes jusqu’au milieu du XVIIe siècle. On parlait alors d’astrologie « naturelle ».

En France, le dernier astrologue officiel se nommait Jean-Baptiste Morin, dit de Villefranche. Il était médecin du roi Louis XIII et professeur de mathématiques au Collège Royal (le Collège de France d’aujourd’hui). C’était un conseiller très écouté du Cardinal de Richelieu. Lorsqu’il céda son pouvoir à Mazarin, celui-ci dit à son successeur : « Je vous lègue Morin. »

Lorsque Galilée découvrit que c’est la terre qui tourne autour du soleil et non l’inverse, on passa d’une conception géocentrique à une conception héliocentrique de notre univers. L’astrologie fut alors rapidement délaissée car ses fondements ne correspondaient plus à la nouvelle réalité astronomique. Pourtant, le célèbre astronome Kepler faisait remarquer que pour tout observateur terrestre, le soleil et les autres astres continuaient à effectuer leurs révolutions autour du zodiaque et que la nouvelle découverte n’y changeait rien…

Autrement dit, l’astronomie est la science du ciel tel qu’il est, et l’astrologie est la science du ciel tel que les hommes le voient. Et ce n’est pas parce que ces points de vue sont différents que l’un est vrai et l’autre faux.

L’astrologie est une science parce qu’elle comporte une part d’observation – elle est alors une science exacte – et une part d’interprétation qui s’appuie sur des règles confirmées par une expérience deux fois millénaire – elle est alors une science expérimentale. Enfin, elle est une science conjecturale lorsqu’elle formule des prévisions : dans ce cas seulement, elle est susceptible d’erreur car une prévision est fondée sur une convergence de facteurs montrant une tendance plus ou moins marquée. Plus les facteurs sont nombreux et plus leur convergence est forte, plus il y a de probabilités pour que l’événement prévu se produise.
Nul ne s’étonne pourtant de ce qu’on procède de même en médecine : on se base sur l’observation du malade pour formuler un diagnostic et éventuellement un pronostic (pronoscere : connaître à l’avance).